Le porno animé, plus connu sous le nom de hentai, se développe de plus en plus dans les pays occidentaux. En effet, il est discuté discrètement au quotidien, mais les fans de mangas et autres amateurs de vidéos pour adultes, sont les seuls qui connaissent réellement sa connotation. Parmi les sites spécialisés dans ce type de contenus, on peut citer Nhentai. Il est aujourd’hui interdit d’utilisation en France. On vous explique pourquoi.

Connaissez-vous le hentai ?

Le terme « hentai » signifie littéralement « désirs sexuels anormaux ». Toutefois, on l’associe surtout à un animé sexuellement explicite. Dans la culture occidentale, il est aussi utilisé pour désigner la vente de productions animées à caractère sexuel. Quoi qu’il en soit, le mot hentai est surtout utilisé pour parler de séries et mangas à caractère pornographique. Que ce soit en France ou aux États-Unis, ces contenus sont donc interdits aux jeunes de moins de 18 ans.

On distingue différents types de hentai :

  • Lolicon
  • Bakunyuu
  • Omorashi
  • Shotacon…

Lolicon

Ce sont des personnages féminins très jeunes, mais qui, paradoxalement, sont dessinés avec des poitrines d’adultes.

Bakunyuu

Une catégorie regroupant des personnages féminins à forte poitrine. Il faut noter que même dans les mangas ordinaires, les personnages féminins ont toujours de gros seins. C’est un trait caractéristique des lycéennes.

Omorashi

Cette catégorie met en avant des scènes urophiles. Elle est donc destinée à un public qui aime cette pratique.

Shotacon

C’est le Lolicon version masculine. Il faut noter que ce type de hentai est formellement interdit en France.

Des sites de mangas bloqués en France dont Nhentai ?

Le ministère de l’intérieur français a pris la décision de bloquer plusieurs sites de hentai, dont Nhentai. En effet, cette décision souveraine a été prise car ces sites étaient accusés de diffuser des images pornographiques d’enfants. Selon le décret du 5 février 2015, les sites qui font l’apologie du tourisme peuvent être bloqués automatiquement.

Cette action se réfère à l’article 227-23 du Code pénal, stipulant qu’il est interdit de « fixer, d’enregistrer ou de transmettre la représentation ou l’image d’un mineur quand elle présente un caractère pornographique ».

Le hentai ou manga porno ?

Un site de hentai ressemble en tous points à un site porno. On y trouve donc des catégories, des auteurs, des tags… Il peut y avoir des mots-clés propres au langage japonais, mais aussi d’autres qui restent les mêmes en anglais. Le principal avantage du hentai, c’est que comme il s’agit de représentations, il est possible de tout voir. C’est pourquoi en général, les femmes ont toujours de belles courbes, tandis que les hommes sont dotés d’un pénis de taille impressionnante.

De même, les érections peuvent durer des heures, tandis que les corps peuvent s’étirer et se transformer continuellement. Le hentai a aussi l’avantage de ne pas heurter, puisqu’après tout, il ne s’agit que de dessins animés. Par exemple, si on y voit une jeune fille se faire prendre en gang-bang pendant 6 heures, on ne pensera pas à sa santé à la fin du tournage. Bref, vous n’avez pas à vous soucier du consentement des participants, puisqu’ils ont tous été imaginés par l’auteur, tout comme l’histoire.

hentai

Pornographie et hentai : que dit la loi ?

Les lois qui régissent les contenus pornographiques, qu’il s’agisse ou non de représentations, diffèrent selon les pays. En France, grâce à l’article 227-23 du Code pénal, le blocage des sites qui diffusent des hentai de type Lolicon et Shotacon, est automatique. Ce texte concerne aussi bien les photos et vidéos de vrais enfants violés et mis en scène, que des dessins et représentations virtuelles en 3D.

Selon la cour de cassation en 2007, on sanctionne premièrement le fait de diffuser l’image d’un mineur via une mise en scène à caractère pornographique. D’ailleurs, même le fait de dessiner des images qui y ressemblent chez soi (qu’elles soient ou non destinées à être partagées) est strictement interdit.

Quoi qu’il en soit, le sujet fait débat car si certains approuvent cette sanction, d’autres affirment que le fait de regarder ces types de contenus, pourrait au contraire être une sorte d’échappatoire pour les pédophiles. En effet, visionner des hentai Lolicon ou Shotacon peut être suffisant pour eux et donc leur éviter de passer à l’acte sur de vrais enfants. A ce jour, la question n’a pas encore été clairement étudiée. Le fait est que la loi française n’est pas près de changer. Il est donc strictement interdit de regarder des hentai qui proposent des contenus mettant en scène des enfants, d’où le blocage de certains sites comme Nhentai.

photo hentai